Un nouveau pensionnat, de nouveaux pouvoirs, de nouvelles rencontres... Gérer vos relations et amusez-vous dans le Pensionnat Magique !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 By the sea. [Masao Tsurugi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keikoku Mitarai
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 27/08/2010
Age : 28
Localisation : Dans les nuages.

MessageSujet: By the sea. [Masao Tsurugi]   Sam 18 Sep 2010 - 20:57

Il se sentait profondément attiré par ce portail. Non pas qu'il ait envie de le franchir, loin de là même. Il était bien dans ce monde, et Yunyun l'attendait chez lui, avec sa famille. Sa "maison". Il faut bien le dire, après une enfance passée à être traqué pour être tué, Luciole était heureux d'avoir un foyer, même s'il ne l'admettait pas. Mais à voir ce portail devant lui, ne pas le franchir lui semblait impossible. Comme un enfant qui meure avant ses parents. Totalement, implacablement contre-nature.

Cette attirance le dérangeait profondément. Il ne parvenait pas à se l'expliquer. C'était tellement intriguant ! Et usant à la fois... Alors, pour faire disparaître cette attirance, il décida de brûler le trou noir devant lui. Il se concentra. Réussit à faire apparaître une colonne de flammes dévorantes, droit sur sa cible. Mais rien n'y fit. Ce fichu passage était toujours là.

Il sortit la lettre de sa poche, la défroissa, la relut. Et se décida enfin à céder à cette terrible tentation.

Le voyage fut des plus désagréables. Balloté dans tout les sens, il en avait le mal de mer. Cela cessa brutalement, comme cela avait commencé. Luciole se retrouva projeté par terre, sur le dos. Il resta un moment étendu ainsi, attendant que cette dérangeante sensation daigne se retirer, que son estomac cesse de se croire aux montagnes russes. Lorsque le jeune homme osa enfin ouvrir les yeux, le décor n'avait pas vraiment changé, si ce n'est qu'il n'y avait plus aucune trace du passage.

Keikoku relut une nouvelle fois la lettre. Il lui semblait qu'il n'avait guère le choix, maintenant. Il devait se rendre au Pensionnat Magique. D'accord, mais... C'est où, ce "pensionnat" ? Le pauvre Luciole n'avait évidemment pas pensé à prendre le plan qui était fournit avec la lettre, et il était réputé pour n'avoir aucun sens de l'orientation... Mais bon, tant pis. Le jeune homme ne se souvenait déjà plus qu'il devait se rendre au Pensionnat, et décida d'explorer les alentours. Il se lança donc à la découverte de cet endroit, de sa démarche bondissante. Admirant les paysages, ne se souciant de rien.

La journée passa ainsi. Notre blondinet avait réussit, il ne savait grâce à quel miracle, à parcourir une distance assez énorme et s'était retrouvé devant une plage.

La mer l'avait aussitôt fasciné. Il en avait toujours entendu parler, sans avoir eu la chance de pouvoir l'admirer de près. Maintenant qu'il la voyait en face de lui, impétueuse, majestueuse, indomptable, il se sentait comme aspiré par sa grandeur, tout en la haïssant à la fois. Ne dit-on pas que l'eau est l'élément naturel auquel s'oppose le feu ? Il était resté un long moment les bras ballants, à contempler l'étendue bleue qui s'offrait à lui. Assis dans le sable, sans penser à rien. Il était seul. Livré à lui-même. Une situation qui n'était pas pour lui déplaire, bien loin de là.

Sa tranquillité fut néanmoins troublée. Des bruits de pas, qui s'avançaient vers sa direction. Des bruits qui brisaient la mélodie des vagues, allant et venant, comme pour dire "Attrape-moi si tu peux !", rien que pour le plaisir de vous narguer. Furieux d'avoir été ainsi dérangé, Luciole fut sur ses pieds en un bond ; en un autre, il faisait face à son interlocuteur, pointant son sabre sur sa gorge. Il le fixait de son regard fixe et indifférent, droit dans les yeux, ne prêtant nulle attention à son physique.


Tu me déranges, balança-t-il d'une voix sifflante et glaciale. Qui es-tu ? demanda-t-il, enfin intrigué par la longue chevelure rouge et les yeux reptiliens de son interlocuteur. Luciole ne baissa cependant pas son sabre, laissant l'aura froide de sa colère envahir l'atmosphère, jusqu'à l'étouffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masao Tsurugi
Habitué
Habitué
avatar

Messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2010
Age : 27

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: géne de dragon

MessageSujet: Re: By the sea. [Masao Tsurugi]   Sam 25 Sep 2010 - 9:56

[je m'excuse du retard]

C'était une belle matinée, une de ses matinée ou on aimerais bien rester couché malgré le beau temps et les oiseaux qui chantai. Peut être par ce que justement, les oiseaux chantait dans ma chambre, en effet, j'avais laissé la fenêtre de ma chambre ouverte et ce matin je m'était réveiller avec des oiseaux endormis sur les drap, un renard a cotés de la tête et d'autre petit rongeur sur mon lit. J'aimais ce genre de matinée ou tu ne pouvait pas bougait en sentant de doux petit poids sur moi. J'aimais pouvoir plonger mon visage dans le doux pelage d'un animal et pouvoir caresser ce dernier. J'avais vraiment pas envi de me levé mais il le fallait bien. Je finit au bout de 10 courte minute par me levée en baillant, je bailla longuement, m'étirant doucement. J'alla manger, sans remarquer les yeux qui me fixait ou plutôt, fixait les deux oiseaux qui ne m'avais pas quitté et se trouver dans mes cheveux roux.

La matinée passa dans la même torpeur, les cours passait à une vitesse assez longue pourtant habituellement, j'aimais les cours mais ce matin la, ce n'était que des matières que je n'appréciais peu. En faite, je n'avais qu'une seule envie, c'était d'aller dehors et de marcher pied nu sur du sable, j'avais envie de sentir le sable chaud entre mes orteil. Je me demandais aussi si les animaux aquatique et moi avions les même affinité. Heureusement, cette après-midi, je n'avais pas cour. La cloche de midi finit par sonner. D'un même mouvement, tout les éléve du cours se levèrent pour aller manger. Je pris un sandwich et un paquet de chips.

Ce maigre repas en main, je sorti de l'établissement qui me protégée du monde de dehors. Je marchais, tout en mangeant, prenant le temps de bien regarder la nature. Je ne sais pas combien de temps il me fallut jusqu'a la plage mais en tout cas, j'y était belle et bien arrivée. Alors que j'allais enlevé mes chaussure, une voie que je trouva peu agréable retentit. Cette voie me disait tout simplement que je le déranger, je poussa un petit grognement qui comme d'habitude, ressemblait plus à celui d'un animal qu'a celui d'un humain. Moi aussi il me dérangés et je disait rien. Et puis de toute manière, la plage était a tout le monde.


Donne moi d'abords ton nom et je te dirais le miens


J'avais était piqué au vif par sa façon d'être et je n'avais aucune envie de me présenter à lui. Les animaux semblait avoir senti mon agacement car comme pour me calmer, deux mouettes vins se posait sur moi et une petite biche qui sortait d'une forêt pas loin vins se frotter à ma jambes. Je fixait toujours l'inconnu, attendat une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

By the sea. [Masao Tsurugi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nature :: Mer-