Un nouveau pensionnat, de nouveaux pouvoirs, de nouvelles rencontres... Gérer vos relations et amusez-vous dans le Pensionnat Magique !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mahiro Mibu
Accro
Accro
avatar

Messages : 949
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 22
Localisation : Là où le vent me portera ~

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Lire dans les pensées.

MessageSujet: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Sam 18 Sep 2010 - 18:50

* Deux mois. *

Cela faisait maintenant deux mois que notre chère petite Mahiro était arrivée ici, au Pensionnat Magique. Comme tout les autres pensionnaires, après avoir découvert un pouvoir.

Elle avait eu la chance dans son malheur [hahaha] d'arriver pendant la période de trève. Oui oui, la trève. Cette période calme et reposante, vous savez, où vous vivez comme des larves. Vous avez l'impression d'être resté au stade de prototype, et ce stade de vie (dormir, manger, glander, dormir) vous convient très bien. Vous vous y faites avec aisance, vous vous y accoutumez, au point de ne plus envisager aucune autre manière de vivre. Et soudain, la guerre reprend. Beaucoup trop tôt au goût de la plupart d'entre nous. "Il était temps", pensent les autres. M'enfin, eux, viennent d'un monde à part. [Oui, la narratrice mérite le WADABAM de la mort.]

Cet évènement, que dis-je, cette guerre, vous la connaissez tous. LA REPRISE DES COURS, appelé communément : "rentrée scolaire".

Mahiro n'aurait jamais pensé que dans cet internat, on travaillerait de la même manière que le commun des mortels. En fait, elle ne s'attendait pas à travailler tout court. Elle savait qu'il y avait une salle d'entrainement, évidemment puisque dès l'instant où elle avait appris son existence, elle s'y était précipité ; mais à part ça, elle n'avait jamais vraiment réfléchi à ce qu'elle pouvait faire ici. Vivre sa vie paisiblement, avec d'autres "monstres", à l'écart de la société, jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Mais apparement non. Elle avait été surprise d'apprendre qu'elle aurait cours normalement, comme les gens normaux. Et que cette reprise,- la fin de la trêve ! - aurait lieu très prochainement.

Mademoiselle avait donc eu son emploi du temps. Elle avait noté qu'ici, on avait beaucoup de cours de langues ; mais elle s'était dit que finalement, ceci avait une logique, puisque les élèves venaient des quatres coins du monde, si l'on voulait qu'ils communiquent sans trop de difficultés entre eux, il fallait bien qu'ils puissent communiquer. J'ai écris deux fois le même verbe dans une même phrase, bordel, je pue. Le pire étant que j'ai la flemme de me corriger et qu'en plus, je continue le HS.

Et Mahiro avait donc recommencé à étudier. Elle s'était remise dans le bain rapidement, mais elle était restée seule. Une demoiselle qui se fringue n'importe comment, tatouée, les yeux rouges et les cheveux blancs, malgré les spécimens que l'on trouve ici, n'était apparement pas la bienvenue. Cela lui était indifférent : elle en avait l'habitude. Rien n'avait vraiment évolué depuis qu'elle avait "changé de monde", si ce n'est qu'en plus d'entendre les railleries verbalement, elles les supportaient également mentalement.

En ce jour-ci donc, notre jeune protagoniste s'était levée, à contre-coeur. Elle n'avait vraiment pas envie de bosser, mais elle prit quand même son courage à deux mains, et après s'être préparée, elle consulta ses horaires. Première heure, anglais. Peut-être le seul cours qui ne la dérangeait pas, en effet la jeune fille ne se débrouillait pas trop mal en anglais. Elle prit son sac et partit en direction de la salle dans laquelle elle avait cours, pour la première fois de l'année. Et miracle, elle ne se perdit pas ! \o/

Arrivée légèrement en retard, l'adolescente s'était déjà fait remarquer. Encore dans les vappes, elle se fit discrète, autant que possible dans sa situation. Par malheur la salle était petite, et il n'y avait quasiment plus de places libres.


* "Eh merde. On va être obligée de supporter un humain, au moins pour cette heure-ci ><" * pensa-t-elle.

Et elle se mit donc en quête d'une place à côté d'un bipède acceptabe. Elle finit par arriver devant un jeune homme brun, tout seul. Se frottant un oeil, elle se racla la gorge pour attirer son attention, et pour ne pas avoir la voix enrouée façon Dark Vador comme on l'a au réveil, et lança d'une voix timide le fameux :


"Je peux m'installer là ?" , bien sûr dans sa langue, c'est à dire dans un français irréprochable. Sans se douter une seconde que peut-être qu'il ne parlait pas cette langue là, m'enfin bon, quand on se réveille, on pense pas vraiment à ça. Elle osa espérer que ce n'était pas le genre de mec gorille qui vous balance le "non, va te faire enculer" cash à la face, surtout dès le matin, ça fait pas spécialement plaisir. Elle attendit patiemment une réponse, se sentant idiote à rester debout ainsi.


[ça va comme ça ? n_n"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuko Rodat
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 25

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Télékinésie de petits objets

MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Dim 19 Sep 2010 - 17:29

Tsuko c’était inscrit au cours d’anglais parce qu’il savait qu’il lui faudrait parler avec les autres pensionnaires. À 21 ans, on aurait pu croire qu’il serait heureux de ne pas aller en cours, mais c’était l’exact inverse. Ayant eu une enfance assez pauvre, il était heureux de pouvoir aller à l’école. Et commencer par les cours d’anglais lui semblait une bonne idée. Depuis quelque temps, il avait fait des efforts pour revoir tout se qu’il savait en anglais. Il se débrouillait suffisamment bien pour avoir des discutions simple avec les autres étudiants qui ne parlait pas japonais. Mais malgré tout, il restait assez isolé, tant par volonté de sa part que par méchanceté de la part des autres qui le trouvait trop étrange et trop différent dans ces habitudes. Sans compter la différence d’âge assez conséquente, même s’il paraissait plus jeune.

Il était arrivé en avance à ce premiers cours, car il ne voulait pas être relayé au derniers rang ou, pire encore, au premiers. Il réussi à avoir une place sur un côté. Comme d’habitude personne ne s’assit à côté de lui. Tant mieux, cela lui laissait de la place pour ses affaires.

Quelque instant après le début du cours, la porte se rouvrit pour laisser entrer une jeune fille au look décalé. Ses cheveux blancs étaient très beaux, mais ce qui frappait surtout était ses yeux rouges. Tsuko ne l’avait jamais vu, mais il ne lui jeta qu’un bref coup d’œil puis se remis à écouter les habituelles débilités de la première heure de cours. Même dans un autre monde, cela paraissait plat et sans importance. Tsuko avait hâte de commencer vraiment le cours, pour pouvoir enfin discuter avec les autres élèves.
Alors qu’il allait commencer à gribouiller pour passer le temps, la jeune fille se mit à côté de lui et lui dit dans une langue que Tsuko supposa être du français :
"Je peux m'installer là ?"

Il ne comprit pas le sens de la phrase. Le français était une langue réservé au bourgeois et à la haute société à l’école. Il mit un certain temps avant de comprendre ce qu’elle voulait, n’ayant jamais fait de français, mais il fini néanmoins par comprendre ce que voulais la fille, puisqu’elle montrait la chaise du doigt et que le reste de la salle était relativement plein. Il répondit le seul qu’il connaissait en français : Oui !
Avec son accent japonais, il ne fut pas sûr qu’elle comprit ce qu’il venait de dire. Il retira donc son sac de la chaise et la recula pour faire comprendre à la fille qu’il était d’accord. Puis il ajouta, en anglais cette fois-ci : Je ne parle pas français, je suis japonais, désolé.
N’ayant aucune raison d’être hostile envers cette fille qu’il ne connaissait pas, il ajouta, toujours en anglais : Je m’appelle Tsuko Rodat, et toi ? Au moins son maigre anglais lui permettait-il de faire un simulacre de conversation.

Les autres étudiants avaient cessé de la regarder, le prof avait repris son "cours", mais Tsuko restait les yeux fixés sur ceux de la jeune fille. Leur rouge paraissait fait de sang et semblait pouvoir vous traverser comme une flèche. Tsuko voulu détourner son regard, mais, ancien réflexe, il avait appris à ne jamais détourner son regard avant l’autre. Son visage restait calme et décontracté, il semblait ne pas pouvoir détacher son regard.
Quelle étrange fille ! pensa-t-il.


[ça va très bien, oui. Et moi ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahiro Mibu
Accro
Accro
avatar

Messages : 949
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 22
Localisation : Là où le vent me portera ~

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Lire dans les pensées.

MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Dim 19 Sep 2010 - 22:33

Avant d'obtenir une réponse, Mahiro avait eu largement le temps de détailler son interlocuteur potentiel. Et de se faire détailler à son tour. Un garçon plutôt banal, plus âgé qu'elle, ce qui l'intrigua pendant un total de trois secondes. De toutes manières, tout le monde passait pour banal à côté d'elle. Le silence s'étira, et il la regardait toujours avec cet air perplexe. Il ne parlait sûrement pas sa langue. Trop embrumée pour s'essayer à l'anglais, elle désigna simplement la chaise, avec un sourire timide. Enfin, la réponse vint.

"Oui !"

Ah... L'accent japonais. Cela expliquait son air intrigué, quand elle avait posé sa question. Cet accent la rendit un brin nostalgique. Il avait bercé son enfance ; ses deux parents parlaient exactement de la même façon. Quand ils étaient vivants.
Des fois que cet accent ne soit trop gênant, pour être sûr de bien se faire comprendre, le protagoniste enleva son sac de la chaise, cet objet tant convoité, et la tira en arrière, l'invitant à poser son humble fessier dessus.
Le sourire timide de Mahiro se transforma en un sourire franc. Elle s'exécuta, avec un petit
"Thanks". Elle avait automatiquement pris l'initiative de parler anglais, d'abord parce que ça s'intégrait parfaitement au cadre du cours, ensuite parce que son cerveau s'était enfin mis en marche, enfin parce que l'anglais avait plus de chances de se faire comprendre par le brun. Visiblement, elle avait pensé juste. L'inconnu le lui confirma lui-même.

"Je ne parle pas français, je suis japonais, désolé." Bref silence. "Je m’appelle Tsuko Rodat, et toi ?"

La jeune albinos le contempla quelques secondes avant de répondre, surprise. Très surprise. Aucune pensée hostile. Simplement de la curiosité. Un sourire se redessina sur son visage.

Mahiro Mibu. Enchantée !, lança-t-elle en anglais, d'une petite voix.

Cela faisait du bien, pour une fois, quelqu'un qui lui parlait normalement. Depuis ce petit garçon qui se transformait en chien, elle n'avait pas eu de contact humain. Celui là se contentait de penser qu'elle était étrange, ce qui l'amusa, tout en étant gênée en même temps par le fait qu'il la fixe droit dans les yeux. C'était d'autant plus gênant que son regard rougeoyait, ce qui ne se voyait pas tout les jours, et elle était consciente qu'une sorte de duel de regard s'était engagé.
Bien que de plus en plus mal à l'aise, elle soutint fermement le regard de ce Tsuko. Pas de manière agressive, plutôt de manière curieuse. Elle était curieuse de savoir qui il pouvait bien être comme personne, tout en hésitant sur les phrases à employer, si elle pouvait se risquer au japonais, langue qu'elle ne maîtrisait que très approximativement, ou si elle devait se limiter à l'anglais, dont sa maîtrise n'était elle aussi guère reluisante.
Elle finit par opter pour la deuxième option. L'anglais restait la méthode la plus sûre pour elle. Ignorant totalement ce qu'il était en train de penser à son sujet, elle lança la conversation.


"Tu es ici depuis quand ? Moi, ça fait deux mois. Parce que, euh, en fait, je lis dans les pensées. Enfin, quand tu penses à un truc, je l'entends, comme si tu le disais à haute voix. Tu peux faire quoi toi ?"

Elle s'arrêta là, se disant que s'il voulait continuer à parler à partir de ceci, il le ferait. En fait, elle avait presque peur d'en avoir trop fait. Surtout la dernière précision. Avait-il vraiment besoin de savoir qu'il n'allait pas avoir de vie privée, avec elle ? Dans le même temps, elle n'aimait pas son pouvoir, et considérait qu'il avait le droit d'être prévenu.

"Désolée, je parle trop..."

Et quelqu'un qui parle trop, dès le matin, peut être vraiment lourd à supporter. Or pour une fois que quelqu'un s'adressait à elle sans intention de la tuer, elle comptait en profiter pour sociabiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuko Rodat
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 25

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Télékinésie de petits objets

MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Lun 20 Sep 2010 - 16:01

Mahiro Mibu. Enchantée !, lança la jeune fille en anglais, d'une petite voix qui failli surprendre Tsuko, plongé dan son regard rouge sang. Il se serait presque attendu à une voix d’outre-tombe, mais, après réflexion, cette petite voix paru plus que normale.

Elle s’appelle Mahiro Mibu donc. De quel origine peut bien venir ce nom ? pensa Tsuko.

Il cessa de penser à ce genre de question sans grand intérêt et retourna à la contemplation des yeux de Mahiro. Des yeux qu’il aurait pu regarder durant encore des heures. Tenir un regard lui avait sauvé la vie plus d’une fois. Il avait l’habitude de tenir tout regard aussi longtemps qu’il le fallait. Mais dans cette situation, sa vie n’était pas le moins du monde menacé. Sauf peut-être par le professeur d’anglais qui, à peine Mahiro avait-elle dit son nom, s’était mit à regarder dans leur direction, sans pour autant arrêter de blablater dans le vide. Cependant il n’interrompit pas leur petit duel visuel immédiatement.

Mahiro lui débita un long flot de question et d’affirmation en anglais que Tsuko ne compris pas immédiatement. Il comprit qu’elle lui demanda depuis quand il était ici, parla de 2 mois, sûrement le temps qu’elle a passé ici pensa-t-il. Mais il ne compris pas le sens de la phrase suivante. Elle parlait d’une lecture de pensées. Or, cela ne signifiait rien pour Tsuko. L’explication qui suivit lui fut tout aussi incompréhensible, son niveau d’anglais étant relativement moyen. Au bout d’un moment il finit par deviner qu’elle devait parler de son pouvoir. Tout s’éclairci, même si Tsuko ne savait pas si elle pouvait comprendre les pensées quelque soit la langue, ou juste entendre une langue étrangère comme étant une langue étrangère. Cela l’inquiétait un peu, mais il n’eu pas vraiment le temps de s’en faire ni de réfléchir d’avantage sur la question, le professeur venant se poser devant eux. Il interrompit Mahiro dans ses excuses :
Vous écoutez tous les deux, ou vous allez vous dévisager durant tous mon cours ?

Désolé, monsieur. Mais j’écoutais aussi le cours. répliqua Rodat, brisant le duel visuel en cours pour en engager un avec le professeur.

Le professeur les regarda tous deux, puis repris son cours normalement. Tsuko sorti une feuille blanche, prit un stylo puis écrivit : Je suis ici depuis un mois. Puis, ne trouvant pas les mots pour expliquer son pouvoir de façon clair, il écrivit : Regarde mon pouvoir. Il fit tomber son stylo, puis se concentra, mettant sa main à cinq centimètre de la table. Le bruit du stylo contre le sol ne se fit pas entendre. Le stylo commença à remonter, sans même avoir touché le sol. Il fini par atterrir sur la table, à quelque centimètre de la feuille.
Tsuko repris le stylo et écrivit sur la feuille :
C’est clair ? puis tendit son stylo à Mahiro pour qu'elle écrive a son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mahiro Mibu
Accro
Accro
avatar

Messages : 949
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 22
Localisation : Là où le vent me portera ~

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Lire dans les pensées.

MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Mer 22 Sep 2010 - 20:47

Vous écoutez tous les deux, ou vous allez vous dévisager durant tout mon cours ?

Mince. C'était ça, le détail qu'elle avait zappé. En cours, il y a un prof censé vous surveiller et vous empêcher de vous concentrer sur autre chose que ce qu'il raconte. Il était fâcheux d'avoir oublié ce détail.
Mahiro sursauta légèrement et tourna le regard vers le prof en question, tandis que Tsuko lui répliquait qu'il écoutait. Cela réfréna les ardeurs de Mahi, qui était elle déjà prête à s'emporter et à balancer des phrases tournées beaucoup moins poliment, mais après réflexion, ce n'était sûrement pas un bon plan. Elle se contenta de le fixer froidement de son regard rouge, dérangeant, jusqu'à ce qu'il parte.
Aussitôt Tsuko sortit une feuille et écrit dessus, répondant à la première question de la jeune fille. Pour la suite, il sembla hésiter, lui demanda de regarder, ce qu'elle fit. La démonstration fut on ne peut plus explicite. Et son air émerveillé exprimait clairement ce qu'elle en pensait. Elle saisit doucement le stylo qu'il lui tendait et écrivit un "Oui, très clair !". Elle avait vu des pouvoirs de toutes sortes, et la télékinésie était un de ses préférés et elle l'admirait énormément. Un "Désolée, je t'attire des ennuis.", ou du moins quelque chose qui en avait le sens, vint l'accompagner. L'anglais de Mahiro était beaucoup plus bancal, mais peut-être que ceci allait le rendre plus compréhensible dans un sens.

Ensuite, le stylo reprit sa place à côté de la feuille, du côté de son voisin, pendant que la jeune fille prenait quelques notes du cours, histoire de dire que. Elle reprit néanmoins très rapidement la feuille blanche, qui ne l'était plus tant que ça d'ailleurs. "Je suis peut-être trop curieuse, mais comment tu as découvert ton pouvoir ?" écrivit-elle à la suite de ce qu'elle avait noté précédemment, avant de repasser la feuille en direction de Tsuko, discrètement, pour ne pas que le prof voit ça. Elle jeta ensuite un oeil à son téléphone, discrètement. Un appel manqué, et il restait encore une bonne demi-heure avant la fin du cours. L'appel manqué l'intrigua, mais elle ne dit rien.
Cependant, cette vieille peau de banane de prof était toujours à l'affût, et semblait avoir pris nos deux protagonistes comme cibles. En effet, alors que Mahiro travaillait sérieusement comme une élève modèle et sage, et que son voisin était en train de lui répondre, ce vil personnage secondaire effectuait un tour de salle afin de vérifier que tout le monde faisait l'exercice demandé. Mahiro, qui scrutait les pensées du vieux schnock [pour trouver les réponses de l'exercice...] s'aperçut que ce dernier se rendait compte que Rod faisait totalement autre chose. Mauvais ! Elle voulu donner un coup de coude dans les côtes de son voisin qui lui tendait la feuille... Mais trop tard ! Le prof arriva sournoisement derrière eux, s'empara de la feuille, la parcourut des yeux, puis posa son regard sur les deux élèves.


"Bon, vous me cassez sérieusement les pieds vous deux ! Sortez de mon cours !"

[J'vais la jouer à la Mahi, je m'excuse encore une fois, c'est cours et nul.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuko Rodat
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 13/08/2010
Age : 25

Fiche perso
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Télékinésie de petits objets

MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   Jeu 28 Oct 2010 - 22:29

Tsuko vit Mahi prendre le stylo et écrire : Oui, très clair ! juste après la démonstration. Elle semblait émerveillé par le pouvoir de Rodat.

Elle avait garder le stylo, et s'en servit pour écrire un mot d'excuse sur la feuille. Tsuko cru comprendre qu'elle s'excusait pour les ennuis causés. Il sourit. Des ennuis, il n'avait eu que ça de sa vie. Là, c'était tout au plus un détail gênant, mais rien de bien dangereux. La notion d'ennuis était relative. Mais à peine avait-il pensé cela qu'il vit la jeune fille reprendre le stylo pour écrire. Elle lui demandais comment il avait découvert son pouvoir. Vaste question (surtout que je me rappelle pas...)

Alors que le professeur donnait un exercice à faire, Tsuko pris discrètement le stylo et commença à écrire sa réponse. Malheureusement, alors qu'il tendait la feuille à Mahiro, le professeur la lui pris des mains.


Mince, je l'avais oublié lui pensa Tsuko. Et surtout, plus grave, je ne l'ai pas senti venir. Pas bon ça. Je me relache depuis que je suis ici, va falloir que je m'entraine moi.

Le professeur, qui avait lu toute la feuille, posa son regard sur les deux étudiant puis dit :


Bon, vous me cassez sérieusement les pieds vous deux ! Sortez de mon cours !

Hum, pas bon ça non plus. Continua de penser Tsuko.

Puis il dit, en anglais teinté d'un très fort accent japonnais :
Je ne comprend pas ce que vous dites.
C'était risqué, mais il n'avait pas le choix. Il espérait ainsi faire comprendre au professeur qu'ils devaient rester dans le cours.

Le professeur regarda Tsuko, puis répéta sa phrase dans un japonnais parfait, avant d'ajouté qu'il avait le don des langue, puis recommença en français à l'intention de Mahiro. Et pour bien se faire comprendre, il leurs désigna la porte.

Rodat rangea ses affaire se leva puis se dirigea vers la sorti. Il s'arrêta devant la porte, se retourna et attendit que Mahiro le suive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mon dieu mais qu'est-ce que je fais là... [Tsuko Rodat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pensionnat :: Salles de cours-